Sans titre-4.png

Chaque matin, Nahid écrit jusqu'à recevoir ces premiers consultants de la journée. 

Elle a commencé très jeune, à l'âge de 13 ans par une nouvelle. Alors que Serge Patient, l'un des hommes qui a le plus marqué son enfance et son adolescence vient de se désincarner, c'est le coeur brisé et lumineux de gratitude à l'égard de cet homme qui lui avait fait l'honneur de se déplacer pour la rencontrer après l'avoir lue alors qu'elle n'était qu'une toute jeune lycéenne de 13 ans, que Nahid a décidé de donner un coup de collier à la ré-édition de ses 4 romans qui avaient précédemment été publiés en 2019. 

Ils seront à nouveau disponibles sous format numérique exclusivement dès la rentrée littéraire de 2021.

LES ROMANS.

"Seuls ceux qui se retrouvent face à leur machine à écrire, du bourbon au fond de la tasse à café ou du café dans un verre à bourbon les tasses accumulées dans l'évier, la musique à fond dans les écouteurs à la maison ou dans un placard, comprennent ce que je ressens lorsque je suis indisponible aux soirées, aux déjeuners, aux diners proposés "en tout bien tout honneur"... Qui me font sourire..."

"...Oui les machines à écrire existent encore. Certaines, on peut même les brancher sur clé USB... Les machines à écrire aujourd'hui, elles semblent futiles, coquettes sauf à ceux qui savent ce que cela représente d'entendre la phrase mille fois dans sa tête — celle que t'as peur de perdre entre le parking et la porte d'entrée, entre la salle de bain et le bureau, entre ton autre qui te fait une scène parce que même si t'es là t'es ailleurs et ton carnet tout pourri auquel t'as flanqué un bic dont tu as pris soin de couper un bout pour que le capuchon accroche l'élastique pendant que les Montblancs s'accumulent dans un tiroir où l'insanité du paraître de ceux qui te font des cadeaux vient mourir. Cette phrase que tu te répètes et qui touche ton coeur jamais de la même manière avant de la coucher sur du papier comme sur un écran tout blanc... Sur l'un comme sur l'autre, alors que les caresses sur la peau s'effacent et laissent parfois le goût amer du temps qui passe, tout devient si certain, si inaltérable que moi ça m'en fout des frissons qui parcourent mon corps tout entier..." 

LUMIÈRE RACINE

À paraître chez Coming Home Editions

"...Je n'écris pas tellement pour raconter ma vie. Si tu veux savoir, ma vie je m'en tape très tard le soir... Elle devient délicieusement inutile ma vie. J'aime ne servir à rien et me soumettre à une page blanche... 

Le corps a des mémoires qui altèrent beaucoup de ce que l'inconnu offre pourtant à découvrir... C'est pour ça que très tard le soir, je donne plus volontiers mon corps à l'écran blanc qui lui ne connaît encore rien de l'orgasme que j'éprouve lorsque je commence à entendre une mémoire parler et que je ne connais que lorsque je l'ai éprouvée dans une intimité que je ne voudrais certainement jamais partager qu'avec elle.."

"... La vraie pornographie, c'est pas tellement de se mettre à poil face caméra et d'écarter les jambes, d'ouvrir la bouche parfois je me dis... La vraie pornographie, c'est de jouir en silence d'un son, d'une mélodie, d'une histoire et d'en publier l'expérience, la peur excitante dans le creux des reins que d'autres en jouissent, eux aussi... Et n'en disent rien.

Tu l'auras compris, je n'écris pas parce que j'ai "un livre en moi à mettre au monde", j'écris pour m'envoyer en l'air et ne jamais redescendre. J'ai pas rien à "devoir" faire, j'ai une vie à vivre. C'est comme pas pareil en fait..."

"... Donc viens pas me saouler avec tes leçons sorties du dernier bouquin d'Oprah parce que 1- je ne bois pas, donc ce sera tout de suite plus compliqué pour moi de rester gentille face à ta passive agressivité acide qui me rend triste là tout de suite, et 2- lorsque t'en auras marre d'essayer de te justifier, prends RDV. Je suis adorable en RDV.

Toi, tu croiras que c'est parce que tu auras payé. Moi, je saurai que c'est au prix d'une décision de ta part et d'une douceur infinie de la mienne que tu pourras comprendre que c'est en explorant l'inacceptable qu'on se sent accepté-e et qu'on peut enfin vivre et puis laisser vivre. Y a qu'ça à foutre ici, au cas où tu chercherais encore c'est quoi le but — pardon, la "Mission" de ta vie.

 

En attendant, continue de texter ton dernier iPhone et ne me demande pas mon numéro. Comme les enfants de "Steve", j'ai pas de téléphone.

J'ai une vie... Aussi douloureuse et orgasmique, médiocreimparfaite et sublime puisse-t-elle être. Désolée pour le manque d'élégance. Je ne suis pas venue te chercher et je ne me suis pas assise sur un trône pour te parler mais puisque tu te l'es permis, je me suis dit que de te refléter serait la seule façon d'avoir une chance de te comprendre puisque tu voulais me persuader que tu avais raison en ayant besoin de me donner tort."

— le Monologue de Nahid, le 20 décembre 2020 à une soirée où une invitée l'a provoquée (et il en faut beaucoup) et où nous, on a beaucoup ri de la tête qu'elle a eu lorsque Nahid lui a répondu en partant fumer sa cigarette laissant derrière elle des "développeurs de la personnalité personnelle qui puent la détestation de soi sans l'assumer, alors que c'est l'une des plus belles expériences de l'Humanité, la plus foudroyante quand on va au bout et qu'on rencontre Dieu, le plus souvent lorsqu'on a fini de se prendre au sérieux et qu'on accepte ce qu'on veut... et ce qui vient avec", qu'elle te dirait. 

LUMIÈRE RACINE (ROMAN DE NAHID)

LA FRACTALE DE DIEU

À paraître chez Coming Home Editions

À LA PLACE DU PÈRE

À paraître chez Coming Home Editions

L'UN DEUX NOUS

À paraître chez Coming Home Editions

LA FRACTALE DE DIEU (ROMAN DE NAHID)
À LA PLACE DU PÈRE (ROMAN DE NAHID)
L'UN DEUX NOUS (ROMAN DE NAHID)